« Et toi, tu voudras faire quoi quand tu seras grand ? »

Source : SÉBASTIEN HUBNER
Source : SÉBASTIEN HUBNER
  • Vétérinaire
  • Institutrice

A l’époque,  je vous aurais répondu cela.

Aujourd’hui tout a changé. J’ai commencé il y a quelques semaines un bilan de compétences. Oui, parce que clairement, j’ai passé 5 ans en TV, 5 ans de partage, de casting, de réveils un peu trop tôt pour se coucher un peu trop tard et de belles rencontres. Mais aujourd’hui, j’ai envie de me prendre en main et de me trouver.
Notre génération (les 25- 35 ans), nous avons pour certains d’entre nous un problème : on a fait des études, on a fait des stages, on travaille, mais on ne sait pas vraiment ce qu’on a réellement envie de faire.

J’aimerais me réveiller le matin et être contente d’aller travailler. Bon, aujourd’hui, je vous l’accorde, je suis contente de ce que je fais comme chargée de diffusion et travailler avec des personnes que j’aime. Je ne vais pas au travail le coeur lourd et j’en suis même contente. Mais réellement, qu’est ce qui m’animera demain matin ?

En vérité, énormément de choses : bosser dans une structure culturelle, être chargée de communication & relations presse ou plus généralement travailler dans l’univers vegan et la naturopathie. Mais mes passions doivent-elles devenir un travail ?

La semaine dernière j’ai réalisé mon premier rendez-vous avec la personne qui m’accompagne pour ce travail de recherche. Une chose importante est ressortie : les valeurs. J’ai besoin de travailler avec des personnes qui partagent les mêmes valeurs que moi. Et c’est sans doute pour cela que je n’étais pas totalement épanouie auparavant.

« Travaille dans l’univers vegan ! »
Oui, mais tous les restaurants vegan à Paris ne sont « vegan » que par soucis d’identité – et donc de business. Travailler dans un restaurant vegan veut dire militer au quotidien par les plats apportés, démocratiser au mieux cette culture vegane qui peut faire peur à certains.

Hier soir, j’ai dîné avec des amis à La Palanche d’Aulac, restaurant tenu par un ami de mon copain. C’est cette version du véganisme que je défends : un restaurant où la carte est entièrement vegane, où des tracts militants sont bien présents, des livres de recettes aussi et des livres tout court. Un restaurant est un univers de vie. Sur les murs sont accrochés des photos du peintre Ludovic Sueur et au fond de la seconde salle un piano est bien là.
Le véganisme est culture.

Je veux donc travailler dans la culture – quelle que soit la forme qu’elle prend.

 

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Eugénie dit :

    Je te souhaite de tout coeur de parvenir à changer de vie si c’est ce que tu souhaites ! Je ne suis – a priori – pas tout à fait de ta génération, puisque je n’ai (que ?) 21 ans, mais je comprends où tu veux en venir. Encore dans mes études, je ne trouve pas vraiment de sens à ce que je fais, et c’est très pesant.
    Courage à toi !

    J'aime

    1. Oui effectivement ce n’est pas facile… On nous demande très vite de « choisir » notre destin professionnel… Ce qui est sûr c’est que rien n’est définitif !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s